Nous devons rejoindre Fabrice à Alpochori le CP19, qui est aussi l'un des points hauts de la course, à plus de 900m.

On s'embrouille dans les explications du road book, nous tournons en rond dans une campagne noire et de routes étroites. Nous devons passer un introuvable pont. Nous pensons l'avoir trouvé et nous engageons sur une route de terre, innondée. Demi-tour; La description du road book est aussi confuse que nos esprits. Nous retournons au dernier point, à plusieurs km, dont nous sommes sûrs et repartons; Nous retrouvons le chemin innondé ! Dans les phares une sorte de bifurcation s'offre à nous, c'est peut être par-là ! Cahin-caha nous débouchons dans une cour de ferme que nous pensons devoir traverser puis buttons sur une barrière.

Des lumières s'allument dans les bâtiments alentours et sortent deux messieurs vennant prudemment vers nous avec leurs lampes torche. Je baisse la vitre et baragouine des paroles que je veux appaisantes. Ils parlent fort dans un grec parfait, dont bien sûr ne nous comprenons rien. Je montre le roadbook, mais il est en lettres latines et vu l'age des personnes je ne pense pas qu'ils puissent les lire. Pas question de descendre de voiture.

Ils nous parlent de plus en plus fort répétant semble t'il les mêmes mots "Alpochori c'est par là" ou bien "foutez-moi le camp d'ici" impossible de savoir. On commence à flipper, je leur reprend notre roadbook et me risque à une poignée de main libératrice. On repart fissa sans autre protocole.

Le temps passe il est 21h30. On se décide à rejoindre la route nationale pour essayer trouver trace de civilisation. Nous finissons par arriver à Prévedos sur la route nationale ou malgré l'heure tardive un petit bar est ouvert. La tenancière parle anglais et gentillement nous explique comment trouver Alpochori. Je lui demande de m'écrire sur un papier le nom en lettres grecques pour que nous puissions reconnaître le panneau indiqué dans le roadbook.

La suite se déroule sans histoire, nous arrivons rapidement à Alpochori et consultons de suite le relevé de passage pour constater que Fabrice viens de repartir il y a 3 minutes. Sur ce CP les coureurs prennent de suite une autre route que nous, nous ne pourrons même pas le rattraper. C'est une grande déception pour nous qui voulions assurer un 100% sur les CP.

En route vers Kalensi où une barrière à 1h00 du matin attend les coureurs. Nous trouvons facilement le village mais impossible repérer l'habituel stand de ravitaillement et ses assesseurs. La nuit est noire les ruelles étroites et en cul de sac. Nous repérons un chemin peu engageant, mais c'est le seul que nous n'avons pas encore exploré. Après 500m nouveau cul de sac mais impossible de faire demi tour.  Dom descend de voiture et on entreprend une longue marche arrière guidée. On y voit rien !

Bien sûr comme partout dans ces coins reculés il n'y a pas de panneaux. Finalement nous découvrons que le village est en deux parties en surplomb l'un de l'autre et dont les accès sont séparés bien en aval. Nous trouvons enfin le CP20 avec son contrôle électronique de passage.

C'est le village de la famille Papandréou qui a donné 2 présidents à la Grèce. Une place, une statue et une cahute pour l'accueil des coureurs. Dom et moi sommes accueillis avec un plat en barquette, réchauffé sur un simple radiateur; Nous apprécions ce premier repas depuis vendredi midi.

La cahute du CP 20 Kalentzi

 CP20 Kalensi

 

Fabrice sort soudainement de la nuit et passe le contrôle à 23h10, il réussit son 2ème contrôle éliminatoire avec 1h50 d'avance. Il avait 3 heures d'avance au précédent contrôle de Rio. Il soigne à nouveau ses ampoules aux pieds en profitant de l'assistance médicale prévue ici et se retape un peu en 25mn. Il est en bonne forme.

Plus de problème de navigation, nous accueillons Fabrice à Drosia à 0h56, il repart à 1h01 ! Puis nous l'attendons à Skadias où une guiguette blindée uniquement de gars un peu ivres, diffuse une musique démodée.

Le stand du CP 22 à Skadias

 CP22 Skadias

 

Notre coureur arrive à 2h35 et repars à 3h00. Nous disposons d'environ 3h00 car le prochain CP de Potami est inaccessible en voiture et Fabrice doit faire près de 16km. Nous quittons l'ambiance surannée de Skadias avec Alexander et Philippe les assistants respectifs des n° 9 et 18.